VSCREEN : les solutions de vidéos immobilières automatisées

Restons aux Etats-Unis sur notre sujet de la vidéo immobilière. La semaine dernière nous avons publiée la première partie de l’interview de Stephen SCHWEICKART, président de VScreen, leader de la vidéo immobilière automatisée sur le continent nord-américain qui aborder la place de la vidéo dans l’approche commerciale de l’immobilier. Cette semaine dans la 2ème partie de l’interview, nous allons parler de solutions automatisées pour créer des vidéos d’annonces ou de tendances de marché qui sont largement répandues aux Etats-Unis.

Lionel LATHAM : À présent, voyons un peu plus en détails les solutions VScreen (VScreen Solutions). Vous avez parlé de vos « vidéos annonces » (listing-videos) et des vidéos sur le marché, quels sont les deux types de solutions que vous proposez. Est-ce que vous proposez encore des visites de propriétés en vidéos (property tours) ?

Stephen SCHWEICKART : Pour les gros clients comme Century 21, qui est la plus importante entreprise immobilière à l’échelle mondiale, nous réalisons toute leur production sur mesure, les vidéos de recrutement, les vidéos (retention videos)… Nous faisons beaucoup de choses pour eux, notamment tout ce qui touche à l’Internet commercial et les grandes stratégies. Nous faisons cela pour les plus grandes entreprises. Cependant, nous mettons particulièrement l’accent sur nos 3 produits qui se concentrent sur les 3 vidéos les plus visionnées, dont nous avons parlé plus tôt. Si vous allez sur Marketvideos.com, vous pouvez y accéder en tant qu’agent aux États-Unis et créer une vidéo basée sur les données du marché et sur ce qui se passe dans votre département ou dans votre ville…

Lionel LATHAM : Donc, vous avez toutes les données et il vous suffit de vous situer et d’entrer vos coordonnées pour que la vidéo soit créée automatiquement ?

Stephen SCHWEICKART Exactement. Nous entrons, nous prenons ces données à la volée et nous montons automatiquement vos vidéos pour vous les renvoyer sous forme de newsletter vidéo, que vous pouvez ensuite envoyer à vos clients. Et nous faisons également la deuxième catégorie de vidéos la plus utilisées : les « vidéos annonces » (listing-videos) sur Listingvideos.com. Nos noms de domaines sont très créatifs dans le domaine.

Stephen SCHWEICKART Sur Listingvideos.com, les agents immobiliers viennent et souscrivent pour plusieurs milliers d’annonces générées sous forme de vidéo pour leur site Web. C’est toute la différence avec Listingvideos.com : tout est automatique. Là encore, nous recherchons dans Google toutes les informations relatives au mode de vie aux alentours de la propriété : les « indices de marche » (walkability scores), les taux hypothécaires pratiqués dans les banques… En plus des données MLS spécifiques relatives à la propriété, nous recherchons ces points de données pour générer une vidéo sur le champ.

Enfin, le troisième produit que nous proposons est basé sur le contenu de Marketvideos.com. Mais il s’agit de vidéos d’acteurs pour lesquelles nous collaborons avec des professionnels du métier travaillant pour les chaînes nationales aux États-Unis. Vous pouvez les reconnaître, ou pas, mais en général, ce sont des acteurs de HGTV, Discovery Channel, ou encore Golf Channel. Ils viennent dans notre studio d’Orlando et nous tournons les vidéos sur les questions les plus posées dans le domaine de l’immobilier, comme je l’ai précisé plus tôt. Ensuite, l’agent immobilier y pose sa marque et la met sur son site Web.

Lionel LATHAM : Ok. Parlons plus en détails de chaque solution. Pour les vidéos du marché, l’idée est de donner les tendances du marché dans un emplacement précis. Admettons que j’ai deux agents immobiliers qui font de la sollicitation à domicile et qui sont donc à proximité l’un de l’autre. Est-ce important pour vous de comparer les mêmes données et proposer le même produit ? Les données peuvent-elle être un peu plus personnalisées ? Ont-ils chacun leur propre perspective du marché, dans la mesure où il ne s’agit pas uniquement des données et ils peuvent avoir leurs propres expériences.

Marketingimmobilier_Stephen-Schweikart_Vscreen_market-videos
Voir un exemple de video

Stephen SCHWEICKART Oui, absolument. Pour répondre à cette question le plus simplement possible, chaque agent peut produire sa propre vidéo sur n’importe quel sujet ou thème qu’il souhaite. Il peut en faire une sur son département, ou sa ville. Ainsi, si vous voulez, il peut dépasser les limites des données d’une manière différente.

Nous donnons également aux agents la possibilité d’avoir un rendu différent. Nous avons différents types de rendus pour une même vidéo. Ils peuvent changer les palettes de couleurs, nous avons une version en 3D et 2D… Il existe 8 différentes variations de rendu vidéo, pour vous dire que deux vidéos ont peu de chances de se ressembler.

Lionel LATHAM : Et combien de vidéos conseillez-vous de créer ? Combien de vidéos sur le marché par an, par exemple ? Quelle est la fréquence ?

Stephen SCHWEICKART Nous vous suggérons de faire une vidéo sur le marché par mois, ou une fois par trimestre. Mais pour nous, c’est une fois par mois. Tous les 30 jours, les nouvelles données sont automatiquement mises à jour dans le code d’intégration de la vidéo. En ce qui concerne l’emplacement, nous vous suggérons de toujours opter pour les macros, de manière à avoir une vidéo qui couvre toute la région métropolitaine dans laquelle vous travaillez. Mais là encore, vous pouvez aussi vous spécialiser un peu plus sur Versailles, par exemple, n’est-ce pas ? Vous devez donc creuser et décortiquer toute la région de Versailles. Vous commencez par le micro, mais vous avez alors des micro-communautés à l’intérieur des macro-communautés.

Différentes personnes veulent voir différentes choses.

Lionel LATHAM : Après cela, vous l’envoyez en tant que newsletter pour tous les contacts d’un agent ? Envoie-t-il seulement les vidéos ou ajoute-t-il aussi des annonces ou d’autres messages ?

Stephen SCHWEICKART : Lorsque les gens réalisent une vidéo pour eux-mêmes ou lorsqu’ils la prennent avec leur caméra, nous recommandons toujours les points suivants. D’abord, vous devez mettre sur YouTube. Ensuite, vous partagez cette vidéo sur les réseaux sociaux, que ce soit sur Facebook ou sur Twitter –encore une fois, vous pouvez disposer de différents réseaux sociaux en Europe. Cela vous permet, si vous voulez, d’avoir une bonne « irrigation du contenu » (drip content). Et enfin, il vous faudra intégrer cette vidéo sur votre site Web. C’est le point le plus important.

La quatrième chose à faire, par la suite, est de répandre votre vidéo à travers le système de marketing direct, notamment les newsletters par e-mail, par exemple. Pour tout vous dire, il ne suffit pas de faire une vidéo et de la mettre sur votre site Web pour que les gens viennent la visionner. Il vous faut la promouvoir et la diffuser, aussi bien à travers les réseaux sociaux que les newsletters par e-mail, car il faut aussi savoir que les newsletters ont également beaucoup d’influence. Les gens cliquent dessus et les transfèrent à leurs amis. Il se peut également qu’ils veuillent davantage d’informations sur les points de données. Ainsi, si vous voulez, votre vidéo atteint une certaine viralité. Ainsi, d’autres personnes pourront, à leur tour, la promouvoir, ce qui rajoute à votre publicité, sans que vous ayez à faire quoi que ce soit.

Marketing-immmobilier.co_Vscreen_video-annonce
Voir l’exemple de video d’annonce

Lionel LATHAM : Parfait. C’est donc la solution en ce qui concerne le marché. En ce qui concerne les « vidéos annonces » (listing-videos) que vous produisez, comment se fait la diffusion ? Les agents postent-ils eux-mêmes les vidéos sur Trulia, ou sur d’autres portails immobiliers ? Avez-vous une solution multidiffusion ?

Stephen SCHWEICKART Nous avons une solution de syndication intégrée pour les agents, que ce soit Zillows, Trulia, ou MLS, en fonction de leurs zones. Nous leur suggérons également de faire eux-mêmes leur publicité sur ces plateformes. Il faut savoir que nous avons un très grand nombre de blogs. La stratégie de diffusion est ici encore la même : Facebook, Twitter, LinkedIn. Il faut faire tout ce qui est possible pour promouvoir la vidéo, en plus de l’intégrer correctement en s’assurant qu’elle soit correctement liée à un site et répertoriée sur votre page en tant que vidéo/page HTML. Ainsi, Google sait que votre vidéo est bien présente. Si Google n’a pas connaissance de votre vidéo, elle ne vous servira à rien. Si, au contraire, vous dites à Google que votre vidéo existe ici, cela vous permettra d’attirer plus de personnes lorsque votre vidéo apparaîtra en tant que résultat global de leurs recherches.

Mais oui, cette stratégie de diffusion est très similaire à celle des vidéos sur le marché. Cependant, nous conseillons le plus souvent de ne pas mettre les vidéos annonces sur YouTube, autant que tout autre type de vidéos. YouTube est idéal pour les vidéos liées à des marques, ce qui inclut les vidéos qui parlent de vous, de votre communauté, ou encore de votre marché, à la différence de l’inventaire. Admettons que vous êtes un agent et que vous disposez de plusieurs centaines d’annonces. Dans ce cas, nous vous conseillons de mettre ces vidéos sur votre site Web et d’indiquer à Google leur emplacement, sans les mettre sur YouTube. Si vous les mettez sur YouTube, les vidéos YouTube seront systématiquement référencées avant les vôtres.

Lionel LATHAM : Parce que c’est hors contexte.

Stephen SCHWEICKART : Effectivement. Mais aussi parce que YouTube appartient à Google. Ainsi, lorsque je fais une recherche et que je clique sur la vignette de la vidéo, je ne serai pas redirigé vers votre site Web. Je serai non seulement à 2 ou 3 clics de votre site Web, mais je verrai également les vidéos de vos concurrents juste en-dessous des vôtres. Ne me renvoyez pas vers YouTube où je pourrais consulter les annonces de quelqu’un d’autre. Ce que je veux, c’est que vous m’emmeniez vers votre site Web ! Et c’est pourtant l’une des plus grandes erreurs que nous constatons chez un agent lorsqu’on parle de vidéos annonces.

Lionel LATHAM : Donc, mis à part les vidéos annonces, toutes les autres vidéos doivent être mises sur YouTube. Les vidéos annonces, elles, doivent être hébergées directement sur le site Web. Et c’est tout.

Stephen SCHWEICKART Exactement. Nous conseillons de poster toutes les vidéos. Les vidéos commerciales et les vidéos sur la vie de quartier doivent être mises sur YouTube, puis intégrées à vos sites Web, mais toujours en tant que plateforme. Ce serait contre-productif que de mettre les vidéos annonces sur YouTube.

Lionel LATHAM : Vous pouvez toujours les garder privées, hébergées sur YouTube, par souci de la qualité de la plateforme, puis les diffuser, ou encore les consulter, sans pour autant qu’elles ne soient répertoriées, n’est-ce pas ?

Stephen SCHWEICKART Oui et, malheureusement, beaucoup de personnes ne savent pas encore comment s’y prendre.

Lionel LATHAM : Mais s’ils en sont capables, leur conseilleriez-vous de le faire ?

Stephen SCHWEICKART : S’ils en sont capables, c’est très bien. Pour les personnes qui savent comment s’y prendre, il est tout à fait possible de supprimer les vignettes de vidéos qui apparaissent après la vidéo. Mais beaucoup de personnes ne savent pas le faire.

Lionel LATHAM : Oui, c’est une manipulation plutôt avancée pour l’usage commun. Juste pour nous donner une idée, quel type de vidéos vendez-vous le plus ? Nous avons parlé de ces deux catégories principales : le marché et les annonces. Vous dites que le marché prime sur l’attention exigée. Mais concrètement, en termes de ventes, qu’est-ce qui se vend le mieux, pour vous ?

Stephen SCHWEICKART : C’est une bonne question, à mon sens. Je dirai qu’en termes de volume, les vidéos annonces sont celles qui se vendent le plus et de loin, parce qu’il y en a davantage à produire. En termes de revenu, je dirai que c’est probablement également les vidéos annonces, mais pas nécessairement parce que ce sont les plus populaires. Là encore, je pense que c’est parce qu’elles sont plus nombreuses. Je pense que, du point de vue d’un agent, le niveau d’intérêt entre les vidéos sur le marché et les vidéos annonces est comparable. C’est relatif. La moitié des agents qui nous contactent nous disent : « Je veux des vidéos annonces, mais je ne veux pas de vidéos sur le marché », tandis que l’autre moitié nous dit : « Je veux des vidéos sur le marché, mais je ne veux pas de vidéos annonces ». Cela dépend en grande partie de leurs préférences.

Lionel LATHAM : D’accord. J’avais une question, mais vous y avez déjà répondu, qui concerne encore une fois la qualité. C’est sur quoi j’ai focalisé mon attention tout ce temps. Pensez-vous vraiment qu’un agent immobilier est en mesure de produire lui-même une vidéo de bonne qualité ? Peut-être que nous devrions ici parler des vidéos annonces plus que des vidéos sur le marché ou tout autre type. Vous avez parlé des témoignages, par exemple. Pensez-vous qu’un agent peut enregistrer cela lui-même, à l’aide de son iPhone pour ensuite obtenir une bonne qualité ?

Stephen SCHWEICKART : C’est une bonne question. En termes de qualité, elle peut être résolue de différentes manières. La première règle que je suivrai serait de faire réaliser la vidéo par un professionnel, si elle doit avoir une durée de vie de plus d’un an ou deux. Si elle va représenter votre marque, faites la réaliser par un professionnel. Si vous comptez faire une vidéo de Versailles, ou d’un endroit avoisinant Paris, et que vous voulez vous assurer que la vidéo soit là pour les prochains 2 ou 3 ans, d’accord. Vous devez vous assurer qu’il s’agit d’une vidéo de haute qualité qui vous représente. Si vous comptez réaliser une vidéo d’annonces, celle dépend tout simplement des annonces, car ces annonces peuvent être publicisées en un mois, elles peuvent être sur le marché pendant… On ne sait jamais.

Si vous allez faire une vidéo de témoignage, obtenez tout ce que vous voulez sans trop déranger la personne avec laquelle vous avez un entretien pour témoignage. Certains des témoignages que nous effectuons en tant qu’entreprise sont réalisés par téléphone. Nous sortons et nous nous retrouvons avec un propriétaire, et il y a des phrases comme : « Eh, pouvez-vous dire ça devant la caméra ? ». Si je dis, « Eh, attendez, je vais d’abord appeler mon équipe vidéo pour qu’elle vienne ici », ils vont répondre…

Lionel LATHAM : Ils vont dire, « Laissez tomber. »

Stephen SCHWEICKART : Et je pense que les gens comprennent cela, lorsqu’il s’agit de vidéo sur des témoignages. C’est pour cela que j’étais enthousiaste sur HyperLapse, hier, car cela changera totalement la donne sur les vidéos sur les communautés, lorsqu’on visite une certaine communauté. Car je peux me balader dans le voisinage et sur toutes les rues avec HyperLapse et Instagram, et c’est pas comme le Blair Witch Project, avec la caméra qui tremble, cela ajoutera une touche de professionnalisme. Mais oui, je pense tout simplement que cela est important si vous vendez votre marque ou si vous voulez être visible longtemps. Vous voulez être bon.

Lionel LATHAM : D’accord.

Stephen SCHWEICKART : C’est un peu comme : « Eh ! Lionel, j’ai quelque chose à vous dire. Je vais faire ça, ça et ça. Je veux dire, c’est la webcam. Ça marche, vous voyez. Sur mon téléphone. Je ne vois pas pourquoi cela doit être fait de manière professionnelle. C’est juste une histoire de contexte. Un peu comme comparer les propriétés de luxe avec les propriétés modestes.

Lionel LATHAM : D’accord. Parlons un peu du budget et des coûts. Les vidéos peuvent être très coûteuses surtout après la personnalisation, il peut être difficile de donner une idée d’une vidéo de visite professionnelle personnalisée mais peut-être pourriez-vous nous donner une fourchette. Pouvez-vous nous dire également combien ça coûte de produire des vidéos pour votre solution : vidéo sur le marché et vidéo-annonce. Pour avoir une idée du budget.

Stephen SCHWEICKART : C’est aussi…

Lionel LATHAM : Je sais, c’est compliqué, parce que cela dépend de la durée, je suppose, et d’un tas d’autres choses.

Stephen SCHWEICKART : La durée est importante. Je veux dire, réaliser une vidéo d’une minute coûte normalement un tiers de ce que peut coûter la réalisation d’une vidéo de 3 minutes.

Lionel LATHAM : D’accord, peut-être juste une seconde par exemple.

Stephen SCHWEICKART : C’est une question intéressante, et on me la pose souvent. Je serais sur scène et je parlerais de ça, je répondrais également aux genres de questions comme : « combien cela coûte-t-il ? ». Combien coûte une maison ? Je veux dire, le prix de la maison dans laquelle je vis est totalement différent de celle d’en face.

Lionel LATHAM : D’accord. Prenons par exemple une maison à 1 million de dollars.

Stephen SCHWEICKART : Je dirais que vous devrez investir plus de 1500 $ pour une propriété à 1 million de dollars. Je ne suis pas sûr de ce que ça vaut en Euros. Si vous avez un budget de 1500 $ à 5000 $ pour une vidéo de propriété de luxe, ça se fait souvent ici.

Lionel LATHAM : 1 500 $ à 5 000 $. Ça fait une grosse différence !

Stephen SCHWEICKART : En fait, cela dépend des spécificités et de la superficie de la propriété. Si vous êtes en Californie, les propriétés valent généralement plus d’un million de dollars. C’est un peu plus différent qu’à Chicago, où une propriété de plus d’un million de dollars vous fera gagner beaucoup plus qu’à Los Angeles.

C’est une question de pertinence. Ensuite, vous avez des produits gratuits, comme Animoto.com vous permet de monter votre propre vidéo gratuitement. Ils peuvent également y mettre votre marque.

Il y a aussi le vidéaste local. Si je consulte Craiglist, je ne sais pas si vous l’avez en France…

Lionel LATHAM : Ce n’est pas très populaire, mais oui, on l’a.

Stephen SCHWEICKART : Généralement, la rémunération par jour pour un vidéaste se situe entre 500 $ et 1 000 $. Il se charge de filmer la propriété et de retoucher la vidéo. À ce prix, les résultats peuvent être mitigés, mais c’est juste une estimation. Entre 500 $ et 1 000 $, vous pouvez généralement avoir une qualité de vidéo décente.

Cela peut donc être gratuit… Les visites virtuelles coûtent généralement près de 30 $, mais là encore, si vous êtes un agent qui souhaite les acheter. En ce qui nous concerne, nos vidéos sur Listingvideos.com sont vendues en volume. Si vous les achetez à la carte, cela vous coûtera probablement entre 10 $ et 30 $. Mais dans le cas où un agent souscrit pour un millier de vidéos par mois, cela revient à près d’un ou 2 $ par vidéo.

La question qui se pose est donc : « Comment je souhaite le faire ? Est-ce que cela reposera sur la technologie, ou est-ce que je devrais engager quelqu’un pour filmer, parce qu’à ce moment, je devrais payer pour leur temps, ce qui augmentera le coût. Quelle expertise ont-ils, parce que cela aussi compte dans le coût ? ». Et l’interminable réponse à votre question se situe n’importe où entre les solutions gratuites et celles qui coûtent 5 000 $. Nous avons déjà réalisé des vidéos de visites de propriétés qui ont coûté 25 000 $. Cela dépend simplement du standing de la propriété.

Lionel LATHAM : En ce qui concerne les vidéos sur le marché, le prix est-il à peu près le même, c’est-à-dire, entre 1 $ et 2 $ ?

Stephen SCHWEICKART : Nous facturons 29 $, mais c’est similaire. Si l’on considère le prix par vidéo, cela varie entre 10 $ et 25 $, en fonction du volume. Ces vidéos sont un peu plus coûteuses que les vidéos annonces, car nous devons prendre en compte les droits sur les données techniques et nous devons en conséquence payer certaines personnes pour que ces vidéos puissent se faire. Aux États-Unis, la question des droits sur la propriété des données est un sujet très délicat et souvent, vous devez payer différentes personnes pour différentes choses et différents usages contre vos données.

Lionel LATHAM : C’est donc vraiment abordable pour les annonces et les vidéos sur le marché.

Stephen SCHWEICKART : Vraiment abordable. C’est la raison pour laquelle je pense que tout se reposera sur la technologie. C’est pour cela que je pense qu’Instagram est un outil génial parce qu’il traite un sujet compliqué dont la vidéo coûterait 2 000 $ à 5 000 $, 5 ans plus tôt. Et aujourd’hui, à cause de la technologie, nous avons quitté le business de la vidéo immobilière. Car maintenant, grâce à la technologie, vous pouvez réaliser gratuitement votre propre vidéo sur HyperLapse. Il est difficile de concurrencer la technologie, alors nous sommes devenus une entreprise de technologie. C’est comme cela que nous avons évolué au fil des ans.

Tous commentaires sont bien entendu les bienvenus. N’hésitez pas non plus à partager merci !

2 commentaires sur “VSCREEN : les solutions de vidéos immobilières automatisées”

  1. Je viens de passer la moitié de mon dimanche à potasser vos articles ! félicitations ,ils sont super !
    Je cherchais des idées pour l’épreuve” d’Initiative locale ” (la place du numérique dans le secteur immobilier )du BTS Professions immobilières
    J ‘ai plus de 60 ans avec 30 ans d’immobilier derrière moi ,mais n’ayant jamais été salariée ,obligée de repasser cet examen !
    Et bien j’ai appris plein de choses ! c’est magique !
    et mon devoir sera mis en page dés demain ,grâce à vous !

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire qui fait plaisir. Vous avez 30 ans de métier donc si vous avez de bons conseils à faire partager, je suis preneur également !

      Bonne chance pour votre examen et à bientôt,

      Lionel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>