La traduction d’annonces immobilières

Article invité par Vincent Rivalle, Trad’Online

Sur le segment des biens immobiliers de haut de gamme à vendre ou à louer sur le sol français, une part non négligeable des acheteurs sont des personnes ou sociétés immobilières étrangères. C’est pourquoi les agents, agences et intermédiaires immobiliers souhaitent de plus en plus proposer le contenu de leurs annonces en d’autres langues. En d’autres termes, la traduction des différents contenus est souvent un prérequis pour toucher les prospects non francophones.

De quoi parle-t-on ?

  • de la traduction du contenu des annonces en tant que telles,
  • de la traduction du site internet présentant les annonces.

Traduire avec quel objectif ? Une rapide réflexion s’impose. L’investissement en vaut la chandelle :

  • traduire pour être lu : une démarche visant à renforcer sa notoriété et attirer des prospects,
    et/ou :
  • traduire pour être référencé par les moteurs de recherche, il est possible d’en rester à Google mais, en fonction des pays, d’autres moteurs de recherche peuvent aussi être importants à cibler (Bing, Baïdu pour la Chine, Yandex pour la Russie, etc.). Au-delà des moteurs de recherche, il faut aussi s’interroger sur une présence ou non sur les différents réseaux sociaux (pas uniquement Facebook).

La rédaction, le contenu et la structuration des annonces peuvent varier suivant que l’un ou l’autre ou les deux objectifs sont visés.

Si vous souhaitez vous lancer dans la traduction de votre site et des annonces immobilières à diffuser, quelques informations pratiques :

1 – Les déterminants du coût d’une traduction et pistes de réduction de l’investissement
a – Le nombre de mots à traduire.
C’est le paramètre le plus important. Plus vous aurez de mots, plus la somme sera élevée.

Astuce 1 : pensez à synthétiser et à vous adapter à votre cible (les anglo-saxons sont par exemple beaucoup plus synthétiques que les français)

Astuce 2 : utilisez des schémas parlants, autant de mots en moins à traduire

Astuce 3 : pensez répétitions. Utilisez des phrases types que vous « parsèmerez ici et là » dans vos différentes annonces. Une limite toutefois, le « duplicate content » que Google n’aime pas du tout.

b – Le couple des langues considérées
Traduire du français à l’anglais est moins coûteux que du français à l’arabe, chinois ou russe. Comptez en première estimation un coût « au mot source », auprès d’une agence de traduction sérieuse (traduction et relecture, par deux traducteurs différents) variant entre 0.13 et 0.17 € HT.

c – Les délais
N’attendez pas la dernière minute pour lancer le projet. Plus c’est urgent, plus la note sera élevée et plus le risque de « non qualité » sera important.

d – Le format des fichiers
Il est bien évidemment possible de traduire à partir de tout fichier texte courant (doc, xls, ppt, txt, etc.) mais aussi à partir d’extractions de la base de données « annonces » du site, en format csv par ex.

Traduire directement dans les fichiers html, php, xml est aussi possible en identifiant les champs contenant les textes.

Enfin, un accès direct sur le CMS du site, s’il en dispose, permet de traduire directement dans l’interface prévue à cet effet, et de publier l’annonce très facilement, sans opération de remise en forme ou d’intégration supplémentaire. Point de vigilance : attention à l’ergonomie du CMS, au dictionnaire intégré, etc. Parfois, il est plus rapide et moins coûteux de passer par l’extérieur du site.

Cela dépend donc de votre site internet et de sa structure. Parlez-en (le plus en amont possible) à vos webmasters ou agences web !

Pour déterminer votre budget, pensez au coût unitaire de la traduction, annonce par annonce. Si l’investissement dans la traduction d’une annonce se monte à environ 60 € HT (sur une base de 400 mots, du français à l’anglais), quel en seront les effets sur la probabilité de vente (génération de leads et signatures) et quel impact sur votre marge ?

PS : il est possible de concevoir une TM (translation memory, ou mémoire de traduction) qui permettra, au cours du temps, de vous constituer une base de données de phrases traduites et validées. Au fur et à mesure et si vous respectez bien « la charte de rédaction que vous vous serez imposée », les traductions de vos annonces pourraient devenir « quasi-automatiques»…avec à la clé, un double gain : réduction drastique des coûts de traduction et constitution d’un actif pour votre société.

2 – Traduire la partie fixe de son site internet.

Votre site (l’enveloppe, ou autrement dit, la partie fixe sur site) nécessite une traduction unique.

1- La partie fixe d’un site ne contient généralement pas plus de 5 à 6000 mots. Il faut penser aux mots-clés utilisés (une petite recherche sur les statistiques des requêtes effectuées par les internautes pour rechercher des biens immobiliers dans leurs pays respectifs permettra d’identifier les bons termes). Ces mots-clés devront parsemer les différents contenus du site.

2- Les metatags ou balises des fichiers du site ne sont pas à négliger pour bien être référencés par les moteurs de recherche (balise title, description, keywords, etc.).

3- Et ne pas oublier les CGV/CGU et mentions légales : des documents « utiles » voire obligatoires et qui sont souvent relativement longs (pour les GCV à minima).

Voilà un premier aperçu du sujet. Bien organisé et pensé, le projet peut être fluide et optimisé. Et le marché international s’offre à vous…

A propos de l’auteur : Après plus de 6 ans comme consultant en innovation et développement d’offres, co-créé en janvier 2008 TradOnline, agence de services linguistiques, accompagnant les entreprises dans leurs relations à l’international (traduction, coaching linguistique, traduction pour optimisation du SEO, etc.).
www.tradonline.fr
v.rivalle@tradonline.fr

17 commentaires sur “La traduction d’annonces immobilières”

  1. Et oui ! beaucoup le regrette mais nous n’empêcherons pas cette évolution. Aussi ton article sur la traduction en différentes langues est très judicieux. Tes informations sont très complètes et ce que tu expliques peux très bien s’appliquer dans d’autres domaines pour ceux qui souhaite une audience plus large de de leur blog.

  2. Bonjour, d’accord avec vous et quand on voit les budgets dont on parle c’est dommage de s’en priver. Résultat, des agences arrivent à se démarquer facilement en jouant la carte multilingue.

    Pour le blog en anglais, j’y pense mais c’est une question de temps mais j’ai déjà de la matière, ça va donc peut-être venir au final plus rapidement :)

  3. En effet, la traduction de ses annonces immobilières est un excellent moyen pour toucher un autre marché que celui de la France.
    Mais, c’est une décision difficile à prendre, car l’investissement est tout de même conséquent, quand on a des annonces mis en ligne tous les jours. Il faut bien anticiper son retour sur Investissement.
    A voir !
    merci pour l’article

    1. Bonjour,

      A mon sens le retour sur investissement est à étudier à un double niveau :
      – Sur votre positionnement général : proposer des annonces traduites vous donnera une visibilité auprès d’une clientèle étrangères. Et les vendeurs soucieux de toucher cette clientèle hors de France verront que vous faites le nécessaire (même si ça ne se limite pas à la traduction des annonces il faut être honnête).
      – Sur les leads obtenus : vous avez tout à fait le moyen de voir quelle est la fréquentation de l’annonce pour chaque version linguistique, ça permet de savoir l’intérêt que porte les internautes aux annonces traduites. Mais vous pouvez aussi savoir d’où provient une demande de contact sur votre site. Bref, avec le tracking, vous pouvez connaître la popularité de vos annonces traduites.

      Bonne continuation !

  4. Bonjour,

    Il faut faire très attention avec les sites multilingues. L’idéal est de créer des sites distincts avec une IP par pays et donc par langues.

    Ex : vous souhaitez réaliser un site destiné à une cible US, il faudra réaliser un site en langue US et sur IP US. Ensuite il faudra faire très attention au duplicate content car 2 sites contenant le même texte avec 2 langues différentes peut pénalisé par Google car similaires.

    1. Bonjour,

      Vous avez raison de préciser que des sites multilingues doivent être gérés soigneusement. L’idéal est effectivement d’avoir un hébergement dans le pays cible pour avoir une IP locale mais c’est un investissement que peu de sites font car c’est très lourd. C’est un plus mais ce n’est pas dramatique.

      Quant au duplicate content, il est sanctionné par Google s’il s’agit réellement de contenus identiques, pas lorsqu’un texte est traduit dans d’autres versions linguistiques. L’idée est d’éviter de spam-indexing mais pas la traduction de son site en plusieurs langues, ce qui n’a pas de préjudiciable.

      Un projet de site multilingue de votre côté ?

  5. Mise à part le segment du Haut de gamme et des zones touristiques type savoir ou Cote d’Azur, la réalité des agences en France, c’est que 95% de la clientèle est locale.
    Une agence va-t-elle faire les efforts (techniques, linguistiques, ou financiers, ect…) pour traduire son site ou ses annonces ? j’en suis pas sûre.

    1. Bonjour,

      Je vous rejoins le multilinguisme touche forcément les biens qui intéressent les acquéreurs étrangers à savoir zones touristiques et immobilier de prestige. Ceci dit même en région parisienne sur des biens qui ne sont pas de prestige, il y a un fort intérêt de la part des acheteurs étrangers (pied à terre, investissement, …), d’où l’émergence de site comme Home-Hunts.com qui est une alternative à notre seLoger national entièrement en français.

      J’en profite pour vous souhaitez de bonnes fêtes de fin d’année !

  6. Article interressant qui souléve une question à propos du “prospect international” en immobilier. Quel est l’objectif du web marketing? Faut il aller le capter sur son terrain ou doit on l’aider dans sa démarche de recherche de biens en France? La méthode ainsi que les outils sont effectivement differents.

    1. Bonjour,

      Il est certain que le web-marketing seul ne peut pas tout faire et qu’il doit être idéalement accompagné d’une démarche de terrain, mais ce travail de traduction et d’animation du site en langue étrangère est indispensable si l’on vise sérieusement une clientèle non francophone.

  7. Il est devenu essentiel pour les agences immobilières de proposer un site multilingue. Cela peut représenter un réel avantage concurrentiel. Nous vivons dans des sociétés où les individus sont hyper nomades et n’attachent plus énormément d’importance à leur territoire d’origine. Cette explosion de la mobilité est un facteur que les agences immobilières doivent prendre en compte. Cependant, la question du retour sur investissement est essentiel à se poser avant de proposer une version multilingue de son site internet, l’investissement étant relativement conséquent. Il faut bien connaitre sa clientèle avant de se lancer dans de telles démarches.

  8. Bonjour

    Parce qu’il est essentiel, aujourd’hui, pour les acteurs de l’immobilier d’élargir leurs champs de compétences, ainsi que le rayonnement de leurs annonces, permettez-moi de saluer votre article et de porter à votre connaissance le site http://www.uneplaceenfrance.com, spécialisé dans la publication d’annonces immobilières de vente et de location, annonces automatiquement traduites en 8 langues étrangères : Français, Allemand, Anglais, Espagnol, Portugais, néerlandais, Italien et Russe.
    Véritable outil de publication pour les agences immobilières et autres acteurs de l’immobilier, il permet, en outre, de publier plusieurs annones en un seul fichier.

    Bonne visite !

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Pourriez-vous nous faire partager votre expérience sur le sujet ? Entre l’idée d’élargir la diffusion en traduisant ses annonces en plusieurs langues et la réalité de ce que vous devez percevoir sur votre portail, quels conseils pratiques pourriez-vous donner aux agents ?

      Merci,

      Lionel

  9. Bonjour,

    La traduction multilingue des annonces sur notre portail permet d’élargir considérablement la portée des annonces, tant en terme de référencement puisqu’elles sont inscrites en plusieurs langues dans les moteurs de recherche, qu’en terme de compréhension : les traductions automatiques proposées sur certains moteurs sont souvent approximatifs, en particulier avec certaines langues. ( Notre système de traduction a été construit avec des traducteurs natifs et offre donc une qualité de traduction optimale)
    Néanmoins, même avec les meilleurs outils et le meilleur design, la richesse du contenu descriptif et la qualité des photos d’un bien demeurent les fondamentaux
    pour que la publication d’une annonce ait un impact le plus vaste possible et des retombées rapides.
    Très concrètement, nous conseillons aux agents immobiliers de prendre le temps nécessaire a la rédaction des annonces et à leur personnalisation, ce qui , le plus souvent, fait défaut…

    1. Bonjour,

      Merci pour vos conseils, la qualité reste la clé de tout, sans une bonne annonce à la base, la traduction ne fera pas grand chose. Par rapport à la traduction manuelle que vous semblez proposer, cela a un coût par rapport à une traduction automatique, avez-vous un moyen de conseiller aux agents la liste des langues prioritaires pour maîtriser leur budget traduction en fonction de l’impact potentiel de tel ou tel langue et du type d’annonce ?

      Merci,

      Lionel

      1. Bonjour,

        la traduction des annonces publiées sur notre site est automatique et s’effectue en 9 langues dont l’anglais, l’allemand, l’espagnol, mais surtout en russe et en chinois.
        Il n’y a rien a faire au niveau des agents immobiliers et la traduction se fait en instantané.
        Le coût unitaire d’une annonce est de 10 € hors option de publication ( mise en avant, bandeau urgent,etc).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>