Marketing immobilier en Australie – étape 1 du tour du monde

C’est parti, on s’envole pour l’hémisphère sud à 22 heures de vol d’avion en direction de l’Australie. Terre d’immigration encore préservée, l’Australie fait beaucoup rêver. La plus grande île du monde (14 fois la France) a le taux d’urbanisation le plus élevé du monde avec 92% des 21 millions d’habitants qui habitent en ville.

Le pays connaît depuis plusieurs années une euphorie immobilière grâce à sa position de 2ème centre financier de la région Asie-Pacifique. Le marché de l’immobilier y est donc dynamique et le service client, comme souvent chez les anglo-saxons, est un impératif, ce qui se traduit par une intermédiation professionnelle et compétitive.

Tout au long du mois de juin, nous aborderons les meilleures pratiques du marketing de l’immobilier en Australie à travers plusieurs thématiques dont :
– L’usage de la vidéo
– Les spécificités des annonces immobilières
– Les services innovants : iPad, iPhone, vitrine d’agence
– La diffusion élargie d’annonces : réseaux sociaux, autres
– Le home staging

Pour démarrer, voyons comment est organisé le marché immobilier australien afin de mieux comprendre certaines spécificités marketing. Cela vous permettra également de replacer ces éléments dans un contexte hexagonal plus tard. Les ventes immobilières contiennent un ou plusieurs des éléments suivants:

  • Mandat exclusif (Private treaty) : la grande majorité des ventes en Australie sont réalisées par des agents immobiliers sur mandat exclusif. C’est une des différences majeures par rapport au contexte français où les mandats exclusifs, certes en progression, ne représente que 19% en Ile-de-France en 2010 – ce qui est supérieur à la moyenne nationale (Source : Observatoire FNAIM IdF). On verra plus tard l’impact considérable de cette différence sur les pratiques marketing.
  • Vente aux enchères (Auction) : les ventes aux enchères sur place sont une autre forme de vente pratiquée par les agents immobiliers en Australie, et une sacrée liberté qu’on est loin d’avoir en France. Se lancer dans ce genre de vente serait qualifié de bien trop libéral et ferait grincer des dents notre amour du cadre règlementaire. Regardez cet exemple VDO de vente assez incroyable. Le plus surprenant est de voir les acheteurs répartis à deux endroits du jardin sans qu’ils puissent tous se voir. L’agent immobilier Andrew Lutze de l’agence Cunninghams anime cette vente de manière remarquable, quel talent !
  • Multiple Listing System (MLS) : il s’agit d’une base de données agrégée de toutes les annonces immobilières des agences. Tous les agents se partagent ainsi les annonces. Si un agent réalise la vente d’un bien qui n’est pas dans son portefeuille initial, la commission est partagée. Ce système est en une sorte d’AMEPI à grande échelle et existe aussi dans beaucoup de pays anglo-saxons (Etats-Unis, Canada).
  • Portes ouvertes (Open homes) : les visites collectives et publiques sont souvent organisées le week-end et se font en famille comme une sortie au parc.
  • Commission : elle se situe autour de 2% auxquels s’ajoutent les frais de dépenses marketing. On est loin des 5% de commission en France. A part la commission d’agent, vous trouverez ici le détail sur les frais d’une transaction immobilière.

Prochain article, on démarre le premier thème de marketing australien, la photographie professionnelle dans l’immobilier. Et d’ici là, G’Daïe Maïte (Good Day Mate) !

Crédits Photo : Brian, Drew Dickson

2 commentaires sur “Marketing immobilier en Australie – étape 1 du tour du monde”

  1. la vidéo est incroyable, drôle et stupéfiante.
    Quelle leçon pour la France pour son hostérité et ses règlementations imposées sur tout !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>