Revisiter la gestion de votre agence immobilière avec « Rework »

ReworkHead« Rework : réussir autrement » remet en cause les fondements même de la vie d’une entreprise, depuis sa création à sa progression, en passant par les différents facteurs qui influent sur son évolution. Les méthodes professionnelles dites classiques y sont revues, critiquées et corrigées selon une logique flagrante, mais qu’on a du mal à réaliser seul.

Tout d’abord

front-cover« Rework : réussir autrement » est un ouvrage qui s’adresse à un public très large : presque tout le monde. En effet, il est dédié aux plus grands patrons d’entreprises comme aux « simples » travailleurs. Les chefs d’entreprises plus modestes et même les personnes qui n’ont jamais envisagé de mettre un pied dans les affaires y sont concernés.

C’est un livre qui met les nouvelles réalités à la lumière du jour. La réussite ne dépend plus uniquement des énormes ressources humaines, matérielles et financières autrefois indispensables.

Le déboulonnage

  • Ignorez la dure réalité

Comme le soutiennent Jason Fried et David Heinemeier Hansson, pour prospérer il faut se défaire des idées préconçues.

Elles nous plongent au cœur d’une réalité mensongère où l’innovation, la créativité et le partage n’ont apparemment aucune place.

  • Apprendre de ses erreurs : une idée surfaite

La réussite n’exige pas, comme on aime à le prétendre, de passer par la case « Erreur », et de préférence plusieurs fois. Bien qu’il ne soit pas évident de ne pas commettre d’erreurs et que ces dernières mettent en évidence ce qui n’allait pas dans les précédents échecs, les succès permettent d’identifier les meilleures méthodes, et donc, d’avancer vers d’autres réussites.

  • Laissez la planification à long terme aux devins

Parmi ces écueils à éviter, la planification à long terme ne risque pas seulement de perturber l’évolution d’un projet, elle peut même l’handicaper sérieusement.

Bien qu’une certaine organisation soit nécessaire, les interminables plans financiers, stratégiques et de gestion resteront théoriques. Au moment où il faudra prendre des décisions, ces plans pourront difficilement résoudre des problèmes d’une réalité différente de celle à laquelle on l’avait préparé.

Quitte à devoir improviser, ce qui n’est surement pas la pire des solutions, il est préférable de prendre des décisions ponctuelles, en fonction de la situation.

  • Pourquoi grossir ?

L’efficacité d’une entreprise n’est pas proportionnelle au nombre de ses employés, ni à sa taille et à son envergure. C’est pourquoi, les multiples embauches et les expansions forcées sont à l’origine des échecs de nombreuses entreprises.

La véritable évolution se fait lentement, en limitant les dépenses et en s’adaptant aux besoins réels.

  • Dehors les bourreaux de travail

Au cœur même de l’entreprise, les auteurs du livre condamnent les bourreaux de travail. Certes, les heures supplémentaires et les longues veillées passées à travailler suscitent admiration et éloges. Toutefois, elles restent une façade qui dissimule les véritables capacités, et ne garantissent pas forcément une réelle efficacité au travail.

Ceux qui honorent leurs tâches en fin de journée sont, eux, à considérer comme les meilleurs éléments d’une entreprise. En effet, ils ont réussi à s’acquitter de leur travail en s’organisant, en adoptant des méthodes efficaces.

  • Pour en finir avec les entrepreneurs

Enfin, les nouveaux acteurs du monde des affaires gagneront à être de véritables « démarreurs », à même d’évoluer avec leurs propres moyens. En effet, actuellement, les statuts d’entrepreneurs laissent plus entendre l’appartenance à une élite inaccessible, et dont les ressources doivent impérativement être consistantes.

Le démarrage

  • Distinguez-vous

Au tout début de l’aventure, il est nécessaire de se connaître et de déterminer ce qu’on a offrir. Se démarquer des autres en maîtrisant parfaitement son domaine ou en adoptant les techniques les plus efficaces : c’est l’attitude à adopter pour bâtir et démarrer surement son entreprise.

  • Répondez à votre propre besoin

Les produits et services les plus simples à proposer, et les plus faciles à vendre sont ceux dont on manque au quotidien. En effet, nous connaissons la nature des problèmes qui nous affectent, et sommes les mieux placés pour trouver les solutions adaptées.

  • Passez à l’action

Avoir de bonnes idées ne suffit pas. Il faut également les mettre en œuvre et savoir les appliquer, pour qu’elles soient réellement efficaces et productives.

  • Pas le temps ? Mauvais excuse !

Le manque de temps est le prétexte le plus évoqué lorsqu’une personne se retrouve avec un sujet en suspens, voire à l’abandon. Pour démarrer, quelques heures hebdomadaires sont amplement suffisantes. Par la suite, l’investissement en temps pourra être réduit ou revu à la hausse, selon l’évolution du projet.

  • Prenez position

Dès sa création, une entreprise doit définir une ligne de conduite qu’elle gardera tout au long de son évolution. Le respect de son propre style et de son identité fera surement des vagues au niveau de certains clients, mais elle en fidélisera de nombreux autres. Ainsi, même si l’entreprise doit rester attentive aux demandes de ses clients et aux innovations présentes sur le marché, cela ne l’oblige pas à renier les principes qui ont été ses meilleurs atouts, tout au long de son évolution.

  • Si vous le dites, faites-le !

Les engagements pris envers les tiers (clients, fournisseurs, prestataires, etc.) doivent être honorés. Il est inutile de narrer les qualités d’un service, d’un produit ou même d’une entreprise, si lesdites qualités sont susceptibles de n’être que fictives.

  • Le financement externe n’est pas le plan B, mais le plan Z

Dans la création d’entreprise, le recours à des bailleurs est à éviter. Perte de contrôle sur sa propre entreprise, risques financiers, les obligations envers les investisseurs au détriment des besoins des clients : autant de raisons qui nous aident à éviter les fausses bonnes idées comme l’inéluctable passage par le financement externe. Les réalités actuelles permettent de démarrer sans d’importants fonds de départ.

  • En avez-vous vraiment besoin ? Il vous en faut moins que ce que vous pensez

Dès le départ, il faut faire des choix judicieux, autant pour le personnel, l’organisation des tâches ou encore la logistique et le marketing. Pour chaque type d’entreprise, certaines choses sont superflues et risquent de ne rien apporter de concret. Minimiser les coûts et les dépenses dès le début peut, en revanche, être bénéfique pour l’entreprise.

  • Démarrez une entreprise, pas une start-up

Entreprise_VS_StartupMalgré l’engouement qu’elles suscitent, les start-up ne sont pas le meilleur moyen pour débuter dans le monde des affaires. Cette catégorie d’entreprise est célèbre pour être immunisée contre les contraintes comptables et budgétaires, ce qui est faux. Pour une entreprise efficace et viable sur le long terme, il vaut mieux affronter les salaires et les différentes factures dès le départ.

  • Bâtir pour vendre, c’est bâtir pour échouer

En créant son entreprise, une personne doit aller de l’avant et penser aux réalisations qu’il fera, plutôt que de songer à son éventuel échec et établir un plan de retrait. Dans la même logique, une entreprise destinée à la vente pourra difficilement briller, puisque son propriétaire ne pense pas à la faire vivre et évoluer, mais uniquement au profit qu’il pourra tirer de sa vente.

  • Évitez de vous alourdir

Enfin, pour bien démarrer une entreprise, il faut commencer avec modération. Cela concerne autant le nombre d’employés que les contrats interminables, sans compter la gestion trop stricte de l’organisation et l’investissement matériel ou logiciel. Ainsi, la fréquence des réunions doit être réduite si on ne peut les éviter, et il en est de même pour les décisions définitives.

La progression

  • Bénissez vos contraintes

Quelle que soit l’envergure d’une entreprise, celle-ci sera toujours confrontée à des contraintes, autant au niveau des ressources humaines, matérielles ou financières. Bien qu’elles soient vraiment démoralisantes et ardues à gérer, les situations difficiles nous poussent à nous adapter et à réagir avec ce dont on dispos.

  • Réduisez vos ambitions

Il nous arrive souvent d’avoir des idées et des projets qui, sur le moment, semblent parfaits. Pour avancer surement, il faut essayer de faire le tri dans ses idées, et de définir les projets prioritaires tout en mettant les autres de côté, le temps de voir s’ils murissent ou non.

  • Commencez au cœur de l’entreprise

Au moment de démarrer, il faut impérativement organiser les tâches, de façon à traiter celles qui ont le plus d’importance par rapport à l’activité de l’entreprise, de façon à toujours assurer les services qu’elle se propose d’offrir.

  • Les détails peuvent attendre

Dans le même ordre d’idées, il ne faut pas s’attarder aux petits détails dès le début d’un projet. Pour un ensemble concret et convaincant, il faut d’abord de bonnes bases. Les détails seront réglés en fonction de l’importance qu’ils prendront au fur et à mesure que le projet avance.

  • Prendre des décisions fait avancer

Tôt ou tard, dans une entreprise, il sera temps de prendre des décisions plus ou moins délicates. Il n’est pas rare de voir des entrepreneurs reporter les décisions à prendre sur un projet. Or, cela ralentit, voire stoppe, l’évolution de ce dernier. Il faut éviter de tomber dans le piège des décisions ajournées, et plutôt affronter les éventuelles mauvaises décisions qu’il sera possible de corriger.

  • Procédez comme un conservateur de musée

L’authenticité est une qualité qui ne nécessite pas des investissements faramineux dans du personnel, dans des produits ou dans du matériel. En effet, il s’agira plutôt de se débarrasser de ce qui est inutile et en gardant l’essentiel. La passion est également une garantie pour le succès d’une entreprise : s’impliquer dans sa propre entreprise permet de connaître chacun des rouages qui la composent.

  • Ça va mal ? Faites-en moins

Lorsque l’entreprise se trouve dans une situation délicate, voire précaire, on a tendance à avoir le mauvais réflexe : on essaie de noyer les problèmes en multipliant les nouveaux investissements. Pour avoir de meilleures chances de se redresser, une entreprise doit savoir s’adapter à sa situation, prendre du recul et continuer à avancer.

  • Concentrez-vous sur ce qui ne changera pas

Par ailleurs, les activités d’une entreprise seront à même de rapporter sur le long terme, et non basées sur les tendances passagères du moment.

  • C’est le contenu qui compte !

Bien qu’il soit indispensable, l’équipement ne doit pas être surestimé. Il n’est nullement nécessaire de se ruiner en matériel avant de commencer à travailler . Il est tout à fait possible de débuter avec les moyens du bord.

  • Vendez vos sous-produits

La création d’un produit ou d’un service engendre souvent un autre produit issu de celui-ci. Ce sous-produit peut rapporter autant que le produit principal, si on se donne la peine de l’exploiter.

  • Lancez-vous !

Enfin, plus tôt un produit est lancé, et le plus tôt celui-ci dévoilera ses véritables apports et besoins, autant de caractéristiques qui n’ont pas forcément été pris en compte lors de son lancement. S’imposer des échéances permet d’avancer clairement, tout en identifiant progressivement ce qui reste à faire.

La productivité

  • Évitez les faux consensus

Pour privilégier l’efficacité et minimiser les pertes de temps, et d’argent, il faut éviter les interminables rapports et autres papiers administratifs. En effet, même si ces tâches peuvent s’avérer utiles, elles ralentissent également la croissance de l’entreprise, et sa productivité.

  • Travaillez-vous pour rien ?

Avant l réalisation d’un travail précis, il est intéressant de se demander le réel intérêt d celui-ci, et son véritable apport pour la productivité de l’entreprise. Ainsi, il faut essayer d’identifier les tâches prioritaires avant d’investir une énergie et un temps précieux à l’accomplissement de celle-ci.

  • Les interruptions minent la productivité

Pour un travail productif et bien accompli, il faut privilégier le calme et, pourquoi pas, la solitude. Ce sont deux facteurs primordiaux de la qualité du travail. Par ailleurs, il faut limiter les interruptions pendant le temps de travail. En effet, ces dernières affectent sérieusement la concentration et, par extension, la productivité.

  • Les réunions sont toxiques

Généralement, les réunions réduisent la productivité de toute une entreprise pendant un temps précieux, et pour un faible apport en contrepartie. C’est pourquoi, il faut essayer de les limiter, en adoptant des méthodes et alternatives adaptées aux différentes situations.

  • Visez l’efficacité plutôt que l’excellence

Lors de la réalisation de projets, on est souvent confronté à des contraintes difficiles à gérer. Au lieu de chercher des solutions complexes et souvent onéreuses, il serait plus judicieux de trouver une alternative rapide et convaincante, même si elle manque quelque peu de finesse. Pour évoluer, il faut aller de l’avant, avec pratique et lucidité.

  • Alimentez la flamme

La motivation droit être entretenue en se fixant des challenges réguliers. En effet, les projets et tâches interminables minent sérieusement le moral. Il faut se donner des occasions pour prendre du recul et apprécier le travail réalisé, avant de passer au prochain projet.

  • Ne jouez pas au héros

Il faut également rester attentif aux objectifs et aux délais prévus pour une tâche précise. Une fois les échéances dépassées, il est conseillé de prendre du recul, voire de consulter des collègues, afin de mieux appréhender le problème et trouver une solution.

  • Au dodo !

Veiller pour terminer un travail n’est pas forcément la meilleure des solutions. Certes, il se peut que le travail en question soit achevé, mais le manque de sommeil altère la lucidité comme la productivité sur la journée suivante. Il est donc indispensable de laisser son corps et son esprit se reposer.

  • Fractionnez vos grands projets

Il faut se méfier des estimations concernant la durée de réalisation des différentes tâches, surtout sur le long terme. Il vaut mieux organiser les grands projets en de petites tâches plus faciles à gérer, et plus faciles à appréhender.

  • Les listes interminables ne sont jamais terminées

Dans le même ordre d’idées, il donc savoir identifier les tâches prioritaires des moins importantes, de façon à travailler sur un rythme régulier et pouvoir constater l’évolution réelle du travail.

  • Prenez de petites décisions

Les objectifs qu’on se fixe doivent être réalisables en un temps déterminé, afin de stimuler la motivation et pouvoir avancer surement. En effet, les grandes décisions altèrent souvent le processus d’un projet dès son démarrage, alors que de petits objectifs fixés en temps et en heure favorisent son évolution et permettent de régler plus efficacement les imprévus.

Les concurrents

  • Évitez les pâles copies

La créativité est un atout qui doit être exploité, pour faire des réalisations originales. Même s’il reste difficile de créer quelque chose d’unique, copier bêtement les œuvres et méthodes des autres ne sera pas payant. Un produit ou un service qui se démarque aura plus de chances d’évoluer, et mérite l’attention.

  • Personnalisez votre produit

Pour être appréciés, les produits doivent être le fruit de la créativité et de la passion. Ils véhiculent l’image et la philosophie de l’entreprise auprès de la clientèle. Ils sont garants de la confiance que cette dernière aura pour l’entreprise.

  • Cherchez la bagarre

Encore une fois, la prise de position et le fait de se mettre ouvertement en concurrence face à quelqu’un sont quelques-unes des meilleures façons de se démarquer. Rester dans l’ombre n’apporte rien de concret, alors que s’affirmer permet de distinguer ceux qui vous soutiennent des détracteurs.

  • Faites-en moins que vos concurrents

Pour surpasser ses concurrents, il n’est pas nécessaire de faire plus d’investissements qu’eux. Contrairement aux idées reçues, vouloir suivre le rythme des concurrents à tout prix n’est pas la meilleure des initiatives. Il vaut mieux miser sur ses propres atouts et enlever les détails excessifs, qui ne sont pas forcément indispensables.

  • À quoi bon se soucier des concurrents ?

Il est même plus judicieux de ne pas se soucier des concurrents. En effet, même si les défis et les challenges peuvent motiver et faire progresser, ils détournent également l’attention des principaux objectifs. Ignorez les concurrents, et vous avancerez plus rapidement dans vos projets.

L’évolution

  • Habituez-vous à dire non

Dans la vie d’une entreprise, les clients ou des collègues soumettent des requêtes, et cela arrive très souvent. Pourtant, il est parfois nécessaire de les refuser pour mieux gérer le travail actuel, mais aussi pour ne pas se charger de tâches lourdes dont les apports et les contraintes ne sont mêmes pas identifiées.

  • Laissez vos clients être infidèles

Il est préférable de laisser partir quelques clients, qui demandent à l’entreprise de changer sa politique, plutôt que de perdre de sa propre identité en essayant de répondre à des besoins de différents types. Une entreprise fidèle à ses principes aura toujours des clients.

  • Laissez mûrir vos bonnes idées

De la même manière, les nouvelles idées se doivent d’être approfondies, voire laissées en repos pendant quelque temps, avant d’être exploitées. En effet, l’enthousiasme dont on fait l’objet en trouvant une idée ne nous permet pas de considérer cette dernière en toute objectivité.

  • Créez du « bon à la maison »

Concernant les produits, il faut davantage mettre l’accent sur son contenu et son réel intérêt une fois que le client l’a acheté. En effet, même si les descriptions et autres détails décoratifs sont surs d’attirer l’attention, rien ne vaut un produit qui surprend par son efficacité plutôt qu’un autre qui a juste le mérite d’une bonne présentation visuelle.

  • Inutile de prendre des notes

Les clients auront toujours des remarques à faire sur les produits, des bons et des mauvais. Les suggestions de la clientèle sont, certes, à considérer. Mais elles ne doivent pas faire l’objet d’un déploiement massif de moyens juste pour les noter. Les notes ne serviront à rien. Les suggestions et remarques les plus pertinentes se démarqueront d’elles-mêmes : elles seront toujours plus nombreuses et plus pertinentes que les autres.

La publicité et le marketing

  • Profitez de l’obscurité

Il faut savoir profiter des premiers moments d’une entreprise et des produits qu’elle propose. Tant que l’entreprise n’est pas encore publiquement exposée, elle peut encore se permettre de faire quelques erreurs, de prendre quelques risques et surtout, de revoir calmement les détails de ses méthodes, services et produits.

  • Bâtissez-vous une audience

La notoriété d’une entreprise se base désormais sur son audience. Pour en bâtir une, il n’est pas nécessaire d’investir dans des campagnes de pubs onéreuses. Plutôt, il s’agit de faire en sorte que les gens s’intéressent d’eux-mêmes à ce que fait l’entreprise : articles, blogs, vidéos, etc., autant d’alternatives de partage qui attireront et captiveront les habitués comme les nouveaux clients.

  • Enseignez

Plus que les publicités tapageuses et les démarches contre les concurrents, l’enseignement se révèle être une véritable source d’audience. En effet, en enseignant, une entreprise donne gratuitement un peu d’elle-même et se rapproche de sa clientèle.

  • Faites comme les cuisiniers réputés

L’exemple pris par les auteurs illustre bien l’importance du partage et de l’enseignement : les cuiniers les plus célèbres le sont parce qu’ils prennent le temps de partager leurs méthodes, astuces, recettes et techniques. Tous les médias permettent de partager, autant le web, les articles que les émissions télévisées.

  • Amenez les gens dans vos coulisses

Ouvrir les portes de son entreprise au public permet également de se rapprocher de ce dernier. En découvrant la face cachée de l’entreprise, les visiteurs pourront constater ce que les produits représentent en termes de travail et d’investissement.

  • Personne n’aime les fleurs en plastique

L’authenticité joue un rôle non négligeable pour une entreprise comme pour son représentant. Les paravents et les embellissements ne sont pas aussi appréciés que l’originalité et la fidélité à soi-même. Les gens préfèreront avoir à faire avec quelqu’un qui est à leur portée, plutôt que quelqu’un qui se place au-dessus d’eux.

  • Les communiqués de presse sont des « pourriels »

Les communiqués de presse sont les pires moyens pour se faire connaître et faire parler de son entreprise ou de son produit. Les communiqués de presse sont impersonnels et suscitent peu d’intérêt au niveau des journalistes. Les messages et appels personnels sont nettement plus susceptibles de provoquer de l’intérêt.

  • Oubliez Le Monde et le Wall Street Journal

Se faire citer par les grandes éditions journalistiques n’est pas évident, et le public cible de ces médias est très sélectif. Il vaut mieux être visible sur des blogs spécialisés, qui ont une audience plus importante.

  • Ce sont les vendeurs de drogue qui ont raison

La meilleure méthode pour attirer les clients, et les encourager à revenir, reste de leur faire découvrir gratuitement les subtilités du produit. Une technique qui fait plaisir à la clientèle, et qui est sûre de les fidéliser.

  • Le marketing n’est pas un service

Il n’est pas nécessaire de disposer d’un service marketing au sein de son entreprise. Chaque niveau de cette dernière devra faire du marketing à un moment ou à un autre, autant pour les secrétaires, les développeurs que les graphistes.

  • Le mythe du succès instantané

Le succès n’est jamais immédiat. Au lancement de son entreprise, il faut s’attendre à rencontrer des difficultés, et savoir rester réaliste.

L’embauche

  • Faites-le d’abord vous-même

Avant de penser à recruter, et à déléguer des tâches, il est important de bien connaître les caractéristiques du poste et du travail concernés. Ainsi, l’idéal serait d’avoir une occupé le poste à pourvoir pendant un maximum de temps, de façon à bien connaître les rouages de celui-ci.

  • N’embauchez que si vous y êtes forcés

Le recrutement ne doit pas être systématique, que ce soit après le départ d’un employé ou parce que certaines tâches commencent à s’accumuler. Dans la mesure du possible, il faut essayer de gérer ces contraintes en adoptant d’autres méthodes de fonctionnement, avant d’envisager l’embauche.

  • Laissez filer les as

Il arrive souvent qu’on nous recommande quelqu’un, ou qu’on ait entendu parler d’une personne avec de grandes qualités professionnelles. Cependant, une embauche doit être motivée par un réel besoin de l’entreprise, et non parce qu’un éventuel employé soit exceptionnel.

  • Comme des étrangers à un cocktail

Par ailleurs, les phases de recrutement trop fréquentes nuisent à l’évolution des relations entre les membres du personnel. Il est important que les employés de l’entreprise sachent communiquer entre eux, cela pour des meilleurs résultats, mais également pour mieux gérer les contraintes.

  • Les CV sont ridicules

Les CV ne sont pas des références en soi : ils sont le plus généralement exagérés, dans l’espoir que le recruteur y prête plus d’attention. Les lettres de motivation et de présentation sont, elles, beaucoup plus instructives sur son expéditeur et permettent de mieux situer ce dernier par rapport à l’entreprise.

  • Peu importent les années d’expérience

Les années d’expériences mentionnées dans les CV et dans les présentations induisent souvent en erreur. En effet, même avec beaucoup d’expérience, un nouvel employé devra toujours prendre ses marques dans l’entreprise, avant de pouvoir être productif.

  • Ne vous préoccupez pas des diplômes

Bien qu’ils soient considérés comme étant la preuve d’une bonne éducation, les diplômes ne sont garantissent pas les véritables capacités d’une personne. Le diplôme ne peut donc pas être la meilleure référence, sachant que bien des personnes ont réussi sans en avoir.

  • Tout le monde au boulot !

Au cœur d’une entreprise, surtout si celle-ci est de taille moyenne, il est essentiel que tout le monde soit productif. En effet, il n’y a aucun intérêt à recruter des personnes qui ne veulent que déléguer les tâches et donner des ordres.

  • Embauchez des gens autonomes

Les personnes autonomes facilitent la gestion du travail et peuvent se débrouiller seules lorsqu’on leur confie un projet. Il s’agit d’une précieuse qualité, qui ne manquera pas de donner un élan considérable à l’entreprise.

  • Embauchez les meilleures plumes

L’écriture occupe une place de plus en plus grande dans la société. Une bonne expression écrite en dit beaucoup sur le caractère et les capacités d’une personne. Par ailleurs, ce moyen d’expression est de plus en plus répandu avec l’usage du web, ce qui rend les bons rédacteurs encore plus précieux.

  • Les meilleurs sont partout

L’évolution de la technologie permet désormais de collaborer avec des personnes du monde entier et ce, en temps réel. Cela permet aux entreprises de trouver le collaborateur qui leur convient le mieux, quelle que soit la partie du monde dans laquelle se trouve ce collaborateur. Une telle association est, certes, à gérer différemment vu la séparation physique, mais elle peut s’avérer très gratifiante, dans la mesure où l’entreprise se dotera des meilleurs éléments de la planète.

  • Des employés mis à l’essai

Malgré leur CV et les expériences qu’elles disent avoir déjà vécues, il est difficile de bien connaître les véritables capacités de travail d’une personne. Pour y remédier, rien ne vaut un temps d’essai, pendant lequel un projet sera confié au candidat.

La limitation des dégâts

  • Annoncez vous-mêmes vos mauvaises nouvelles

Lorsqu’il y a un problème, notamment lorsqu’il touche de près ou de loin les employés, il faut éviter de fermer les yeux en se disant que ça va passer. Il est important, autant pour les employés, pour l’entreprise comme pour les dirigeants de celui-ci de se faire confiance et de se respecter. Par ailleurs, une telle attitude préservera l’entreprise des rumeurs et commérages qui circulent de plus en plus vite.

  • Les avantages de la réponse rapide

Répondre rapidement aux courriers et aux requêtes des correspondants, qu’ils soient déjà clients ou pas encore, est une chose à ne pas négliger. Il est évident que cela leur fera plaisir, surtout s’ils sentent que la réponse qu’on leur fournit leur est adressée personnellement et non un message type qu’on envoie systématiquement à ses interlocuteurs.

  • Sachez présenter vos excuses

Suivant le même principe, il faut savoir reconnaître ses erreurs et s’excuser. En effet, même si aucune excuse ne pourra rattraper lesdites erreurs, une explication personnalisée et adaptée aux circonstances permettra au moins de réduire les dégâts.

  • Envoyez tout le monde au front

Par ailleurs, il est très important que les différents employés d’une entreprise prennent conscience de la réelle importance de leur travail. C’est pourquoi, dans la mesure du possible, il serait préférable que chacun puisse interagir avec les clients pour mieux situer l’impact de ses tâches…

  • Respirez par le nez

Aussi bénéfique soit-il, le changement n’est pas toujours facile à accepter, que cela soit pour les employés d’une entreprise que pour les clients de cette dernière. Ainsi, les nouvelles initiatives doivent être menées à bout, tout en prenant en compte les critiques et louanges.

La culture d’entreprise

  • On ne crée pas une culture

Même s’il est important pour une entreprise d’avoir sa propre culture, il est difficile, voire impossible, de forcer celle-ci à en adopter une. La culture se forge avec le temps, les relations et le travail en commun. Il est donc possible d’orienter son entreprise vers une certaine culture, mais pas l’y obliger.

  • Changez de cap au besoin

Pour une entreprise, surtout de moindre envergure, le plus important n’est pas de trouver des solutions pour toutes les contraintes futures. Il est beaucoup plus gratifiant de se concentrer sur ses problèmes actuels et, au besoin, de changer de politique.

  • Laissez les stars aux autres

Contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes, les stars professionnelles ne sont pas de si bons éléments dans une entreprise. En effet, la présence d’une personne disposant de plus de privilèges, d’attention et de respect mettront sans nul doute mal à l’aise les autres employés, ce qui affectera leur productivité. Chaque personne est à même de bien travailler, mais beaucoup d’individus ont besoin de prendre conscience qu’on a assez confiance en eux pour qu’ils puissent également donner le meilleur d’eux-mêmes.

  • Faites confiance

La confiance est l’ingrédient indispensable à la bonne marche d’une entreprise. Sans elle, les restrictions en tout genre pleuvent sur les employés, et beaucoup d’entre elles ne sont pas aussi justifiées qu’elles ne le paraissent. Jouer le rôle du gendarme coûte du temps, de l’argent et des ressources à l’entreprise, alors que considérer ses employés comme des professionnels dignes de ce nom ne pourrait qu’apporter des avantages. Confier des responsabilités et laisser un minimum de libre arbitre permet aux gens de se développer et de travailler à leur rythme, mais avec efficacité.

  • Il est cinq heures ! Tout le monde dehors !

Malgré ce qu’on a tendance à penser, les meilleurs travailleurs ne sont pas ceux qui passent la majeure partie de leur journée au travail. Bien au contraire, ceux qui arrivent à gérer efficacement leur temps de travail pour écouler leur tâche et parviennent à organiser leur vie personnelle sont ceux qui peuvent s’avérer les plus efficaces.

  • Ne cicatrisez pas trop vite

Même les règlements sont indispensables à la bonne marche de l’entreprise, il n’est pas conseillé d’en abuser. Il faut savoir réagir selon les cas, et prendre des mesures adaptées pour des cas ponctuels. Les nouvelles règles s’appliquent souvent à la totalité des employés, même ceux qui n’ont rien à se reprocher, ce qui mine le moral et affecte la productivité.

  • Communiquez simplement

La communication est la clé de la réussite pour beaucoup d’entreprises. Il faut savoir rester naturel et éviter les tons hautains et faussement professionnels, accompagnés d’un vocabulaire excessivement recherché. Les meilleures relations se basent sur les échanges simples et précis.

  • Les mots à ne pas utiliser

Absolument, impossible, facile… Autant de mots qui sont décrits par les auteurs comme des interdits dans les communications interprofessionnelles. En effet, ces termes créent une atmosphère de gêne et de pression inutile.

  • Ne dites plus « dès que possible »

De la même manière, l’expression « dès que possible » est à éviter sauf dans le cas d’une véritable urgence. En effet, si cette expression est utilisée à tort et à travers, les employés ne pourront plus différencier les moments où ils devraient vraiment accélérer de ceux où ils peuvent quand même prendre leur temps.

Conclusion

Alors, qu’en pensez-vous ? Ça décoiffe ? Tout n’est pas à prendre à la laettre, mais ces conseils sont intéressants pour bâtir une entreprise aux fondations solides, qui repose sur une offre simple et pratique, et également sur une équipe efficace, responsable et flexible. L’agence immobilière n’est pas différente des autres entreprises, elle a, elle aussi, ses travers et un grand besoin d’être adaptable aux évolutions à la marche forcée qu’impose les technologies.

back-coverS’il y a une idée à retenir, pour moi, ce serait que le marketing n’est pas un sujet à part, ni l’affaire de spécialistes. Oui, il faut être conseillé et investir pour acquérir des compétences. Mais tout comme Internet était un sujet rattaché au département de l’informatique ou de la communication dans les années 2000, le marketing est une approche que chaque collaborateur doit intégrer dans son travail quotidien. Rapporté à chaque transaction, l’agent immobilier doit être conscient de l’investissement marketing à faire, doit le comprendre, l’orchestrer et s’appuyer sur les bons partenaires.

À l’image de Georgi Coward, en Australie, il faut orchestrer la vente avec toutes les composantes dont le marketing. Ne pas comprendre tout faire soi-même et imaginer que tout le monde peut s’improviser photographe ou vidéaste, etc.

Enfin, il faut savoir suivre son inspiration et en tirer le meilleur parti possible, quitte à reporter le programme d’un week-end ou d’une soirée. Passagère, l’inspiration revient rarement alors qu’elle apporte souvent solutions et motivations dans la progression d’un projet.

Je vous encourage à lire ce livre et à faire l’exercice de revisiter honnêtement la vie de votre entreprise avec chacun de ces points. Il y a fort à parier que vous allez trouver de belles marges de progression.

NB : Si vous achetez le livre à travers le lien, par transparence, je précise que je reçois une commission mais que cela ne change rien pour vous, concernant le prix. Ce coup de pouce est important pour me permettre de poursuivre ce blog merci d’avance !

4 commentaires sur “Revisiter la gestion de votre agence immobilière avec « Rework »”

  1. Il est toujours intéressant de s’informer et d’avoir des conseils de toutes parts pour démarrer une entreprise. Mais il revient aux dirigeants de décider quelles orientations suivre et quelles stratégies sont jugées efficaces. Et je suis particulièrement d’accord sur le fait que les agences immobilières doivent s’adapter aux évolutions imposées par la technologie.

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire pour le compte de votre client. J’ajouterais pour ma part que les technologies imposent des changements mais qu’on peut aussi voir les opportunités que cela représente. Cela demande de se remettre en cause mais au final la différence sera aussi là, entre ceux qui s’adaptent et les autres qui résistent… Petite citation d’Alain que j’affectionne particulièrement “Le pessimisme est d’humeur ; l’optimisme est de volonté.”

      Bonne continuation,

      Lionel

  2. Bonjour,
    Je dois dire que cet article suscite mon enthousiasme. Je représente une agence immobilière et je peux dire la quasi-totalité de ses astuces décoiffent!! La meilleure façon de s’améliorer c’est de reconnaitre ses forces et surtout ses faiblesses.
    Très bel article!

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Oui ça décoiffe, c’est ce qui m’a plu dans ce livre car clairement avec les outils dont on dispose et les changements d’usage, l’innovation ne se limite pas au marketing mais si situe AUSSI dans le management.

      N’hésitez pas à nous faire part de vos retours d’expérience !

      Lionel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>